Peintures
page d'accueil


« < > »


Ma peinture vise à être concrète comme l’est la musique composée à partir de matériaux sonores préexistants. Toiles et papiers sont conçus et réalisés à partir de réalités, bien souvent des objets, mais également des paysages, des figures, des inscriptions, etc. Ces réalités sont comme des prétextes à l'exercice de la peinture, de la composition. Ce qui importe est l’espace de la toile, du papier et ce qui s’y réalise. Ma peinture ne vise pas effacer les réalités qui la fondent ; elle vise un dévoilement par la création d’un monde en soi, conçu sur les traces du réel perçu.
Les toiles et papiers que je trouve à peu près réussis, en bien petit nombre, sont ceux pour lesquels la réalisation, c'est à dire l'acte même de la peinture, l'a emporté sur le projet initial, un dessin et une idée du résultat. La réalisation s'en est échappée  pour faire apparaître tout autre chose, un résultat inattendu. Peut être que la peinture est un antiprojet.
Jusqu'aux années 2000, la majorité de mes formats s'échelonnaient du 60.60 au 120.120. A partir des années 2000, je me suis confronté au petit format, un exercice toujours périlleux.

Des dessins aux toiles et papiers, l’ensemble peut être présenté de multiples façons, par la date de réalisation, par les techniques employées, par les modes de représentations utilisés. Considérant que ma peinture est concrète, elle peut être présentée par les types de sujets qui, jusqu’à ce jour, ont été utilisés de façon dominante, ces types étant en nombre assez restreints. Ce n’est pas une partition qui résulte de ce classement, puisqu’une réalisation peut associer plusieurs sujets ou objets. Cinq thématiques organisent alors l’ensemble, des papiers aux toiles, avec leurs dessins préparatoires :

 Animalité/Humanité, Objets (sans Objet), Fruits/Fleurs, Paysages, Ville.





P
La tasse et l'assiette noires huile 80.80